A ce jour, il n’existe pas de traitement curatif. Les thérapies proposées visent à atténuer les symptômes.

Comme il n’existe actuellement aucun médicament ou thérapies capables de guérir le Long Covid, nous allons énumérer ci-dessous différentes thérapies, stratégies et médicaments susceptibles de soulager les symptômes des malades. Nous y présenterons également une sélection d’approches de recherches actuelles qui sont étudiées au niveau mondial en vue de soigner le Long Covid.

DES THÉRAPIES ÉTABLIES POUR SOULAGER LES SYMPTÔMES 

Le REPOS et la réduction du stress sont primordiaux. Les efforts importants et les contraintes sont à éviter à tout prix. Si le corps doit fournir plus d’efforts que ceux supportés par ses ressources, cela peut entraîner des rechutes, voire une chronicité des symptômes. Et ce même lorsque l’on était en pleine forme, actif et en excellente santé avant l’infection et que l’on estime que l’effort est objectivement minime.

Pacing

En l’absence de thérapies curatives, le pacing (de l’anglais to pace « marcher », « répartir les forces ») est l’une des approches les plus importantes pour la gestion des symptômes, car les personnes atteintes du syndrome de Long Covid souffrent souvent de ce que l’on appelle une « intolérance à l’effort ». Cela signifie que les patients disposent de réserves d’énergie fortement réduites.

Pratiquer le pacing  implique que toutes les activités physiques et cognitives doivent être ajustées aux réserves d’énergie du moment, parfois très basses, ceci dans le but d’éviter une aggravation de l’état de santé. Il est important de savoir que différents facteurs peuvent « vider les batteries“.

Les sources de fatigue varient en fonction des individus, selon les zones du cerveau ou les organes touchés. Ainsi, « digérer » peut devenir un effort, tout comme le fait de rester debout sous la douche. De même, différentes sources de bruit, des mouvements rapides ou la lumière du soleil peuvent représenter un surmenage neurologique. Le surmenage n’est pas toujours perceptible de suite. Pour s’en rendre compte, il peut être utile de tenir un journal d’activités.

Lorsque, en cas de surmenage, le corps ne bénéficie pas immédiatement d’un temps de récupération (en réduisant les stimuli et en s’allongeant), cela peut conduire à ce que l’on appelle un “crash”. Et il faut nettement plus de temps pour recharger la batterie, se rétablir. Le crash peut être immédiat ou différé d’un ou deux jours et, dans certains cas, durer des semaines. La répétition des surmenages/crashes peut entraîner une altération durable de l’état général et conduire à l’invalidité. C’est pourquoi il est essentiel d’éviter les crashes grâce au pacing.

Les malades du Long Covid doivent apprendre à reconnaître de quelle réserve d’énergie ils disposent au quotidien et quelle est la quantité d’énergie disponible par action/tâche.

L’ergothérapie (voir ci-dessous) peut aider dans ce cas.

Outre l’ergothérapie, de nombreux patients utilisent des trackers de fitness ou des montres intelligentes. Ils peuvent ainsi mieux surveiller leur pouls et par conséquent les efforts fournis par leur corps, afin d’éviter un surmenage.

De nombreux malades ont du mal à accepter ce nouveau mode de vie, car ils étaient généralement très résistants et performants avant la maladie. Se ménager et éviter le surmenage est cependant, d’après ce que nous savons, la méthode de traitement la plus efficace actuellement. Le but du pacing est de stabiliser l’état de santé et de l’améliorer progressivement. Ce processus s’étend sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Pour en savoir plus: http://blog.asso-sfc.fr/le-pacing/ 

Rééducation (en cure et ambulatoire)

Réhabilitation Covid post-acute: Cette réhabilitation est adaptée aux patients ayant subi une évolution aiguë grave avec un séjour prolongé à l’hôpital, avec ou sans soins intensifs et n’ayant pas développé de syndrome de Long Covid. Les personnes concernées bénéficient souvent d’une rééducation classique. Leur objectif est un renforcement musculaire ainsi qu’une amélioration de la condition physique et un réapprentissage des gestes et activités de la vie quotidienne.

Ces programmes de rééducation sont déjà établis depuis de nombreuses années. Les patients peuvent, voire doivent, repousser leurs limites physiques et les renforcer par un entraînement continuel. Ce qui est limitant dans ce cas, ce sont les lésions des organes, comme par exemple des poumons fragilisés par le virus ou encore la perte de la masse musculaire. Ces patients peuvent la plupart du temps améliorer leurs performances et obtenir ainsi une meilleure qualité de vie grâce à la réhabilitation.

Réhabilitation Long Covid : cette réhabilitation se distingue sensiblement de la réhabilitation classique, puisque ce qui prime, c’est le fait de prendre en compte l’intolérance à l’effort. Il faut ici traiter de manière multimodale et en douceur, le PACING étant primordial. L’objectif est d’apprendre à composer avec cette maladie encore incurable.

La prise en charge comprend au minimum de la physiothérapie et de l’ergothérapie adaptées, des médicaments et de la psychothérapie. Dans le meilleur des cas, des thérapies de relaxation (bains de forêt, massages, Qigong, etc.) ainsi que des conseils nutritionnels (en raison d’intolérance fréquente à l’histamine) et des thérapies de médecine complémentaire comme Kneipp, les frictions, les compléments alimentaires, etc. sont également proposés. Une réhabilitation stationnaire est indiquée lorsque le patient ne peut bénéficier d’aucune amélioration avec des thérapies ambulatoires ou subit même une détérioration de son état. Ces patients se stabilisent et parviennent à stopper la dégradation de leur état. Certes, les patients ne repartent pas guéris de la réhabilitation, mais au moins, ils ont gagné en qualité de vie et peuvent à nouveau mieux participer à la vie quotidienne.

Spezialisierte Spitex / Ambulante Pflege zuhause / Reha at Home: Eine spezialisierte ambulante Long Covid-Pflege, wie sie von der Spitex Herzenssache in der Region Zürich angeboten wird, verfügt über aktuelles Wissen zu den Long Covid-Symptomen. Idealerweise ist sie mit anderen Fachpersonen oder einer Long Covid-Sprechstunde gut vernetzt und bietet Betroffenen Unterstützung in der Bewältigung des Alltags (Körperpflege, Wohnungspflege, Förderung der Selbständigkeit unf Selbstwirksamkeit etc.) sowie therapeutische Interventionen im Rahmen von Symptommanagement.

Das Erarbeiten und Erlernen von Bewältigungsstrategien im Umgang mit Gefühlen und Emotionen bei langwierigen oder schweren Krankheiten reduziert zudem nachweislich Stress, was eine Genesung unterstützt oder zumindest einer Verschlimmerung der Symptome entgegen wirkt.

Das gemeinsame Erarbeiten einer angepasste Tagesstruktur, die mit der Erkrankung verträglich ist und unter Einbezug der individuellen Lebenssituation und dem häuslichen Setting ist Teil der ambulanten Long Covid-Pflege. Auch erspart die ambulante Dienstleistung dem Patienten anstrengende Wege und kann die therapeutische Übungen direkt in den Alltag einbinden. Viele Long Covid-Betroffene leiden unter Belastungsintoleranz und verfügen aufgrund ihrer Krankheit über ein sehr geringes Energiekontingent. Dies kann durch das Wegfallen von aufreibenden Wegen maximal geschont und es findet ein zielgerichtetes Training im häuslichen Setting mit sowieso zu erledigende Aufgaben statt und Energie werden damit sinnvoll genutzt.

Auch können begleitete Gespräche mit Familienmitgleidern, Partnern und nachestehdenden Personen geführt werden, um sie in der Begleitung zu befähigen und die Krankheit besser verständlich zu machen.

Entspannungs- und Achtsamkeitstraining sowie Interventionen zur Ressourcen- und Resilienzförderung im häuslichen Setting unterstützen den Genesungsweg. Durch psychosoziale Interventionen können psychische Komorbiditäten sowie Folgeerscheinungen reduziert oder im besten Fall verhindert werden.

Text Reha at Home: Linda Frei, Spitex Herzenssache

Réhabilitation psychosomatique classique (en partie proposée comme « thérapie Long Covid ») : ces approches considèrent la cause de la maladie Long Covid comme psychologique et traitent les personnes concernées de la même manière que pour une dépression d’épuisement. Elles reposent sur la psychothérapie, des activités physiques en plein air et des activités créatives. Selon nos retours d’expériences, ces programmes ne débouchent pas sur des améliorations et comportent même un grand risque de dégradation de l’état de santé.

Psychothérapie / soutien psychologique: Les patients présentant des troubles psychologiques liés à la maladie peuvent bénéficier d’une psychothérapie, d’un traitement médicamenteux ou d’une thérapie cognitivo-comportementale (coping). La thérapie vise à aider les personnes concernées à mieux gérer leur situation, leur maladie avec ses symptômes et ses restrictions tout en améliorant leur moral.

Massage thérapeutique: Une séance de massage comprend différents processus qui s’imbriquent les uns aux autres à des fins thérapeutiques. Le mouvement des mains sur la peau entraîne un déplacement des différentes couches et structures tissulaires entre elles. Selon l’intensité, le massage régule le tonus musculaire en le diminuant ou en le renforçant. Un massage peut avoir un effet anti-inflammatoire, analgésique, stimuler la circulation sanguine ou contribuer à la cicatrisation des plaies. Un massage contribue à l’amélioration de l’état général et peut abaisser la production des hormones du stress comme le cortisol et l’adrénaline. De même, il régule le système parasympathique, ce qui peut entraîner une relaxation musculaire et un abaissement du rythme cardiaque au repos.

Texte : Marco Celiberti, masseur médical EFA, Applied Health Care

Le fait qu’un massage soit ressenti comme agréable ou désagréable est très individuel. Il convient donc d’écouter son corps et de stopper les traitements si l’on ressent un effet négatif.

AUTRES TRAITEMENTS EN FONCTION DES SYMPTÔMES

Actuellement, aucun médicament ou protocole de soins spécifiques pour le Long Covid n’est autorisé en Suisse. Dans les consultations, ce sont surtout des médicaments existants qui sont prescrits pour soulager les symptômes.

Dans ce qui suit, nous allons énumérer les traitements médicaux les plus utilisés et d’autres mesures susceptibles d’améliorer la qualité de vie. Le Pacing  devrait toujours être un élément majeur.

Chaque approche thérapeutique doit être discutée et accompagnée par un médecin de confiance. Nous ne donnons expressément aucune recommandation. Tous les traitements doivent toujours être discutés avec le médecin traitant ou le pharmacien et ne doivent pas être pris de manière autonome.

MÉDICAMENTS ET THÉRAPIES – APPROCHES MÉDICALES CLASSIQUES

Plusieurs études internationales concernant des médicaments destinés au traitement du Long Covid sont en cours. Certains médicaments sont autorisés en Suisse, mais pas pour une utilisation dans le cadre du Long Covid. Ils ne sont donc pas officiellement recommandés, mais peuvent être prescrits par le médecin traitant conformément à l’article 71 de l’ordonnance suisse sur l’assurance-maladie.

Attention, ce sont tous des médicaments qui font actuellement l’objet d’études concernant cette nouvelle indication. Il n’existe pas de traitement autorisé pour le Long Covid

ETUDES EN COURS

MÉDICAMENTS, THÉRAPIES ET COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES NON ÉTUDIÉS

Les médicaments et compléments alimentaires qui suivent nous ont été communiqués par des patients ayant rapporté un effet positif. Toutefois, nous n’avons trouvé à ce jour aucune étude ni aucune publication (même en cours) démontrant l’efficacité ou la sécurité de ces produits dans le cadre du Long Covid.

APPROCHES DE MÉDECINE COMPLÉMENTAIRE

Les chapitres suivants décrivent des approches issues de la médecine complémentaire. Ces méthodes visent à stimuler les processus de guérison de l’organisme, souvent sans recourir à des aides techniques. La majorité de ces traitements ne sont pas reconnus scientifiquement, car il n’existe pas d’études cliniques prouvant l’efficacité et la sécurité de ces approches. En Suisse, certaines thérapies de médecine complémentaire sont toutefois remboursées par les assurances maladies. Toutes ces mesures ont pour but de soutenir une atténuation des symptômes et de favoriser le processus d’autoguérison de l’organisme, étant donné que les médicaments curatifs font actuellement défaut. 

Avertissement: Il est important de toujours discuter de toutes ces méthodes avec le médecin ou le thérapeute compétent et de les utiliser uniquement en étant accompagné par des professionnels.

Menu