Le Terme « Long Covid »

Long Covid – statistiquement guéri et pourtant chroniquement malade Nous utilisons la définition de l’OMS. Le terme Long Covid (ou syndrome post-Covid, maladie post-Covid) désigne les symptômes qui persistent plus de 3 mois après une infection Covid confirmée ou suspectée et qui ne peuvent pas être expliqués par d’autres moyens.

Le terme « Long Covid » est apparu initialement sur les réseaux sociaux par le biais de personnes qui, après avoir été infectées par le SARS-CoV-2, ont témoigné de problèmes de santé persistants.

En mai 2020, l’Italienne Elisa Perego a utilisé pour la première fois « #longcovid » comme hashtag dans un tweet pour décrire ses problèmes de santé persistants après une infection au COVID-19.

En février 2021, le Dr Anthony Fauci, physicien, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses aux États-Unis et membre de la Task Force de la Maison Blanche sous Trump, a introduit le terme « PASC », « Post-acute sequelae of SARS-CoV-2 infection » (Source).

Dans le jargon des personnes concernées et des soignants, “Long Covid » s’est imposé par rapport aux termes « PASC » et « syndrome post-Covid ».

Actuellement, les guidelines allemands (Post-COVID/Long-COVID en allemand) et autrichiens (Long COVID ÖGAM en allemand) font une distinction selon la phase de persistance des symptômes:

  • COVID long” les symptômes persistent pendant plus de 4 semaines et/ou de nouveaux symptômes apparaissent.
  • “Syndrome post-COVID-19” symptômes ou troubles de la santé persistants ou survenant pendant plus de 12 semaines et qui ne peuvent être attribués à d’autres facteurs.

La persistance des symptômes pendant une période de 4 à 12 semaines est également appelée « infection persistante (prolongée) et symptomatique du Covid-19 ».

Liens complémentaires sur le sujet :

Long Covid En Suisse

Selon l’Office fédéral de la santé publique et la Covid Task Force :

  • 20% des adultes infectés sont touchés par le Long Covid
  • 3% des enfants infectés sont touchés par le Long Covid.
  • Les statistiques britanniques montrent que 2,7% de la population est affectée par le Long Covid. Cela correspond à plus de 200 000 personnes en Suisse.

Selon des études (Recherches/ en anglais) statistiques menées au Royaume-Uni, d’ici fin 2021, 1,5 millions de personnes sont atteintes du Long Covid quatre semaines après l’infection, soit 1 personne sur 42 ou 2,4% de la population. Cela correspond à environ 200 000 personnes. Après 12 semaines, il s’agit toujours de 1,7%, soit 150’000 personnes. En Suisse, aucune donnée statistique n’est collectée sur le Long Covid à ce jour et les registres sont inexistants.

Selon des études et des recherches scientifiques (OFSP/en anglais) mandatées par l’Office fédéral de la santé publique, jusqu’à 25% des personnes infectées par le SARS-CoV-2 souffrent encore de séquelles à long terme six mois après l’infection aiguë, expliquait l’épidémiologiste Milo Puhan le 8 février 2022 dans les médias. Selon l’épidémiologiste de l’Université de Zurich, un an après l’infection, au moins 16% des personnes touchées font encore état d’une atteinte de leur état de santé.

Début février 2022, l’Office fédéral de la santé publique estimait (schätzte) qu’une personne sur cinq en Suisse pourrait souffrir de symptômes de Long Covid tels que la fatigue chronique, les douleurs et l’essoufflement après une infection. Chez les enfants et les adolescents, les experts en Suisse estiment qu’environ 3% des infectés souffrent de séquelles à long terme. Des estimations en provenance de l’étranger indiquent des chiffres encore plus élevés chez les enfants.

Le 15 février 2022, la Task Force Suisse Covid a estimé que jusqu’à 20% des personnes atteintes de Covid-19 présenteraient des problèmes de santé persistants. Quant aux conséquences individuelles et socio-sanitaires à long terme, y compris par exemple pour l’assurance invalidité, elles ne sont pas encore estimées. La priorité absolue consiste à limiter la fréquence et la sévérité du syndrome de Long Covid par la prévention et par le traitement des symptômes, ainsi qu’à assurer une protection financière aux personnes en incapacité de travail.

L’approche multidisciplinaire requise pour les prises en charge nécessite de nombreuses ressources. Elle est à ce jour insuffisante. Il faut donc améliorer le diagnostic et la prise en charge du syndrome de Long Covid. Il est notamment indispensable de développer la recherche sur le diagnostic et les traitements possibles du syndrome de Long Covid, ce qui peut être réalisé dans le cadre d’une étude de cohorte. Les coûts pouvant être engendrés par le Long Covid pour l’assurance invalidité devraient être anticipés.

Selon une enquête (https://long-covid-info.ch/news/umfrage-2021/)

menée par Long Covid Suisse auprès des personnes concernées en août 2021, la majorité de ces personnes sont limitées dans leur vie quotidienne.

Références :

ONS, Long Covid Prevalence (Prävalenz(en anglais))  in U.K. mars 2022
Task Force Covid Rapport scientifique, fév. 2022
OFSP, Revue de la littérature (Recherche/OFSP(en anglais) Long Covid, déc. 2021
OFSP, Epidémiologie (Epidemiologie (en anglais)) du Sras-CoV-2 chez les enfants et les adolescents, août 2021
OFSP, Recherche scientifique (Recherche/OFSP(en anglais) ) sur les effets sur les enfants et les adolescents, déc. 2021

Liens complémentaires sur le sujet :

Symptômes

Le Long Covid est une maladie multisystémique. La diversité des organes touchés est à l’image de la diversité des symptômes. A ce jour, près de 200 symptômes ont été rapportés en lien avec le Long Covid. Toutes les personnes affectées ne souffrent pas de tous ces symptômes. Il existe des ensembles de symptômes spécifiques qui sont plus fréquents.

De telles données constituent un instantané et dépendent de la composition du groupe de patients (hospitalisés/non hospitalisés/groupes à risque). Il ressort de notre propre enquête que chez les patients non hospitalisés, les symptômes suivants sont les plus fréquents et persistent durant des mois:

  • fatigue/épuisement avec ou sans intolérance à l’effort
  • troubles de la mémoire et de la concentration
  • difficultés respiratoires (troubles des échanges gazeux ne se limitant pas aux poumons)
  • maux de tête
  • douleurs musculaires
  • douleurs neuropathiques
  • troubles du sommeil

D’autres enquêtes le confirment également. Une méta-analyse de 57 études portant sur un total de 250’351 personnes atteintes de COVID, publiée en octobre 2021, a révélé que plus de la moitié des patients dans le monde et majoritairement hospitalisés, souffraient d’au moins un symptôme de Covid long. Les symptômes les plus fréquemment cités sont les troubles respiratoires, les troubles neurologiques, les atteintes à la santé mentale, la limitation des mouvements, la fatigue et la faiblesse musculaire.

Source de l’image : medRxiv.org

Symptômes Répertoriés

Il existe divers groupes de symptômes et/ou syndromes déjà connus pouvant être observés dans le cadre d’une maladie de Long Covid. Ils peuvent être imbriqués et regroupés. On utilise souvent leur abréviation, car les termes sont assez difficiles à comprendre. Voici une sélection non exhaustive avec de brèves définitions.

Explications du centre de réhabilitation de Berne

Diagnostic

À ce jour, le diagnostic de la maladie de Long Covid est principalement un diagnostic d’exclusion, les tests spécifiques appropriés faisant encore défaut. Cela implique la nécessité d’exclure toutes les autres maladies connues susceptibles de provoquer des symptômes similaires.

Diagnostic par exclusion

  • ECG (électrocardiogramme)
  • échographie cardiaque (écho)
  • radiographie des poumons
  • scanner des poumons et/ou du cœur
  • IRM (imagerie par résonance magnétique) du cœur et/ou du cerveau

Des analyses de sang sont aussi réalisées. Une consultation chez un pneumologue, un neurologue (qui s’occupe du système nerveux et cérébral) et un cardiologue est généralement recommandée, et si nécessaire, des examens et des tests complémentaires sont effectués.

Tout symptôme apparaissant après une maladie Covid-19 n’est pas nécessairement imputable au Long Covid. C’est pourquoi il est très important de procéder à un diagnostic d’exclusion afin de ne pas passer à côté d’autres maladies. Au cours d’une maladie de Long Covid, il est indispensable de procéder régulièrement à des diagnostics afin de ne pas passer à côté d’un changement de symptômes dû à une autre maladie.

A l’heure actuelle, il n’existe pas encore de directives de traitement et/ou de diagnostic reconnues au niveau Suisse.

Examens de référence

ATTENTION: Les tests suivants peuvent entraîner une aggravation significative des symptômes chez les personnes souffrant d’intolérance à l’effort. C’est pourquoi les rendez-vous doivent être fixés et organisés de manière à ce que la réserve d’énergie des patients soit aussi peu sollicitée que possible.

Recherches Expérimentales

À ce jour, les critères de diagnostic suivants n’ont été réalisés que dans un petit nombre d’hôpitaux ou dans le cadre d’études et sont à considérer comme expérimentaux. En Suisse, ces analyses sont actuellement peu ou pas disponibles. Quand il est possible de réaliser ces analyses, elles ne sont en général pas prises en charge par les caisses maladie.

Traitement

Des informations sur ces sujets suivront.

 

Liens complémentaires sur le sujet :
Menu